ARTICLES DE PRESSE ACTIVITES DE 3I3S – 2019

COMME UN AVION SANS AILE

« Penser que la crise de Boeing puisse bénéficier à Airbus, c’est naïf »

Propos recueillis par Valérie Lion,
"Plus de 300 avions cloués au sol, le cauchemar absolu pour l'avionneur américain."

« Plus de 300 avions cloués au sol, le cauchemar absolu pour l’avionneur américain. »

afp.com/STEPHEN BRASHEAR

Alors que le ciel se ferme aux Boeing 737 MAX après le crash d’Ethiopian Airlines, les sous-traitants européens de l’avionneur pourraient, eux aussi, être touchés.

Philippe Boissat, directeur général Europe d’iBASEt , une société américaine spécialisée dans les solutions digitales pour l’aéronautique et le spatial, réagit aux annonces concernant les Boeing 737 MAX. (Président de 3i3s)

Les Boeing 737 MAX ont été cloués au sol dans une dizaine de pays et dans tout l’espace aérien européen. Quelles sont les conséquences d’une telle décision pour l’avionneur ?

Plus de 300 avions cloués au sol, c’est évidemment le cauchemar absolu pour un constructeur. Tout va dépendre ensuite de la durée de l’interdiction de vol et des conclusions de l’enquête sur l’accident d’Ethiopian Airlines, dont nous ne pouvons pas préjuger. A ce stade, il s’agit de mesures de précaution. Aux Etats-Unis, la FAA – la direction de l’aviation civile – a donné à Boeing jusqu’au mois d’avril pour prouver la fiabilité de ses systèmes. Après l’accident de Lion Air, en octobre 2018, des notifications ont été envoyées par le constructeur américain aux opérateurs de Boeing 737 MAX au sujet du fonctionnement de son logiciel pour éviter le décrochage des avions. Deux accidents fortement similaires en quatre mois, cela pose évidemment question.